x

Histoire et philosophie du Couvent des Minimes en Provence


Histoire et passion

C’est pour les religieux des Minimes, un ordre mendiant institué par Saint Vincent de Paul, que le Marquis Melchior de Forbin Janson fonde en 1613 le Couvent des Minimes, à Mane, dans ce qui deviendra les Alpes-de-Haute-Provence.

La culture et l’étude des plantes représentaient alors une activité importante de la vie du Couvent. Louis Feuillée, botaniste de Louis XIV, y fait ses études et y écrit deux traités sur la botanique.
Lors de ses expéditions en Amérique du Sud, il étudie de nouvelles espèces de plantes telles que les capucines et le fuchsia qu’il rapporte en France.

Après la Révolution Française, le Couvent des Minimes reste inoccupé jusqu’en 1862, date à laquelle le chanoine Terrasson, archiprêtre de Forcalquier, entreprend sa transformation en hospice.

Quelques années plus tard, une communauté de Sœurs Franciscaines Missionnaires de Marie s’y installe. Elles s’occupent alors de l’hospice et de ses résidents.

Entre deux missions à l’étranger, les Sœurs cultivent les jardins en restanque où elles plantent des arbres fruitiers et des vignes. Ces cultures leur permettent de pourvoir à l’alimentation des pensionnaires et au rétablissement des Sœurs revenant des pays tropicaux.

En 1999, les Sœurs quittent le Couvent qui reste inoccupé jusqu’à sa réouverture en tant qu’Hôtel & Spa en juin 2008. Loin de sa vocation première, ce lieu de résidence et de détente cultive toujours ce même esprit d’accueil qui l’habite depuis plusieurs siècles.

A l'occasion des Prix Villégiature Awards 2009, remis le 19 octobre 2009, le Relais & Châteaux Le Couvent des Minimes Hôtel & Spa L’Occitane a été élu "Meilleur Hôtel de Charme d'Europe".

Prix villégiature awards 2009

M. Saint Vincent qui travaille à la restauration du Couvent ne cache pas son enthousiasme :

Les Minimes ! Qui donc peut se faire une idée de ce site merveilleux, entouré, protégé par la chaîne de montagnes des Alpes. Les Minimes en sont séparés par une grande plaine qui, au printemps, se pare de ses plus belles fleurs. Les amandiers, roses ou blancs, lui offrent une délicieuse parure. Les narcisses, les anémones aux couleurs variées, les blanches pâquerettes émergent de la verdure. Partout des buissons d’aubépines parfumées.
Tout n’est que senteurs et plaisir des yeux.

Haut de page
Retour aux photos